les aspects cachés des troubles de l’humeur

Les

troubles bipolaires et les nouvelles perspectives de traitement grâce au RTMS Les troubles de
l’humeur
et l’euphorie sont les composantes émotionnelles fondamentales des troubles de l’humeur. Si nous alternons des moments de dépression et d’euphorie, nous parlons de « trouble bipolaire ». S’il n’y a qu’une baisse de l’humeur, on l’appelle « dépression unipolaire ».
La dépression unipolaire, également appelée plus grande, est le trouble de l’humeur, à ce jour, le plus répandu parmi la population adulte : elle concerne principalement (mais pas seulement) les personnes âgées de 25 à 45 ans.

A voir aussi : Est-ilpossible d’obtenir une crise cardiaque à partir de médicaments de dysfonction érectile ?

Dépression

unipolaire et dépression post-covid
La dépression unipolaire peut survenir à différents niveaux d’intensité. La forme la plus intense est appelée « dépression majeure » et peut survenir avec différents niveaux de gravité. Les formes sévères sont caractérisées par un plus grand nombre de symptômes, une intensité et une durée de symptomatologie accrues et une plus grande altération des activités quotidiennes. Il s’agit de l’un des troubles psychologiques les plus courants parmi la population et peut affecter indépendamment de l’âge, du sexe, du niveau culturel et du statut socio-économique. Elle survient chez 25 % des femmes et 12 % des hommes.

A lire également : Hémorragopite : dans qui et pourquoi il se développe, que peut-on faire à ce sujet ?

Ceux qui ont déjà souffert d’un épisode de dépression sont plus susceptibles de reproduire d’autres épisodes dépressifs.
Le trouble est considéré comme tel lorsqu’il dure au moins deux semaines, au cours desquelles certains symptômes spécifiques surviennent. Le premier signal important est l’humeur dépressive : la personne se sent triste, désespérée, dépourvue d’énergie. En outre, il y a une perte d’intérêt pour presque toutes les activités menées, même celles qui, auparavant, étaient appréciées. Il y a une baisse drastique de la libido. L’irritabilité, la fatigue, les troubles du sommeil, la difficulté à se concentrer, les changements importants dans le poids corporel et les pensées de mort, également liées aux idées suicidaires, complètent le tableau. Compte tenu du type de symptômes, il est très courant de penser que la dépression unipolaire est liée au type de vie actuel.

En réalité, c’est un mal ancien, dont Hippocrate, père de la médecine, mentionne déjà. Tout au long de l’histoire, ces études ont été étendues, approfondies et enrichies. Malheureusement, malgré les connaissances approfondies, on a tendance à sous-estimer le « visage double face » que présentent ces troubles. En fait, un patient souffrant de dépression unipolaire aura non seulement des épisodes dépressifs, mais aussi des phases hypomaniques, comme cela peut se produire dans le bipolarisme.

Dépression post-Covid : causes de troubles
sous-jacents au trouble Il y aurait plusieurs facteurs biologiques, environnementaux et environnementaux les (facteurs biologiques) qui peuvent ou non favoriser le développement d’une image dépressive, mais qui, à eux seuls, n’expliquent pas le développement de la pathologie. Les facteurs environnementaux peuvent influencer le développement d’une image dépressive : éducation reçue, événements vécus (expériences familiales, scolaires et amis). Les premières expériences négatives peuvent faciliter le développement d’une vulnérabilité acquise à la dépression. Les symptômes dépressifs peuvent également résulter d’expériences transitoires frustrantes ou de conditions de vie continuellement défavorables.
La façon dont la personne interprète les événements et mobilise des ressources pour y faire face (facteurs psychologiques) joue un rôle crucial : les causes énumérées ne conduisent pas nécessairement à la dépression.

Bipolarisme et
altération de l’humeur
Le trouble bipolaire touche principalement les personnes âgées de 20 à 30 ans, mais ce n’est pas une indication exacte : ce problème, en fait, peut survenir à tout âge. Il a des phases dépressives alternant avec des phases maniaques ou hypomaniques. En général, les phases dépressives durent de quelques semaines à quelques mois, tandis que les phases maniaques ou hypomaniques durent en moyenne une ou deux semaines. La transition entre les phases peut être entrecoupée par des périodes de normalité.
Les symptômes dépressifs sont les mêmes que pour la dépression unipolaire, tandis que les périodes maniaques sont caractérisées par une grande énergie, ce qui entraîne une conversation souvent excessive, une agitation, des projets de démarrage excessifs, une hypersexualité, une difficulté d’attention, un changement d’opinion rapide. Il y a aussi des cas où la phase hypomanique est caractérisée par une humeur dysphorique, une agressivité, une irritabilité. Souvent, les antidépresseurs sont utilisés pour le traitement : malheureusement, la pharmacothérapie peut chroniquer le problème, accentuant les phases maniaque et hypomanique.

Dépression et hypomanie, deux faces d’une même pièce
Distinguer les différents types de dépression n’est donc pas du tout simple, ni immédiat.
Même dans la dépression unipolaire, ainsi que dans le trouble bipolaire, il y a une alternance d’épisodes dépressifs et hypomaniques, au cours desquels le patient est plein d’énergie, hypersexuel, excessif, irritable, il a besoin de quelques heures de sommeil, il mange peu… Bref, il se sent bien. À ces jonctions, il ne se tourne certainement pas vers son médecin, au contraire, il peut échanger cette condition contre une amélioration de son état.
Une grande attention et une grande sensibilité sont donc nécessaires de la part du médecin traitant, du psychothérapeute ou du psychiatre pour enregistrer les différences entre les différentes affections et utiliser le traitement approprié : l’administration d’antidépresseurs, par exemple, peut être utile pour traiter la dépression unipolaire, mais contre-productif pour le trouble bipolaire.

Psychopharmaceutiques : une thérapie Les >En cas de troubles de l’humeur sévères, les antidépresseurs sont souvent utilisés, considérés comme la seule thérapie capable de soulager les patients. Pourtant, le pourcentage d’efficacité est d’environ 60 %, ce qui n’est donc pas si élevé.
Non seulement cela : les psychotropes ne sont pas indiqués pour traiter tous les types de dépression.
Dans le cas de patients déprimés très agités ou souffrant de troubles bipolaires, le traitement médicamenteux est contre-indiqué, à la fois parce qu’il peut déstabiliser le patient et parce qu’il peut chroniquer le trouble.
Ils ne conviennent pas même pendant la grossesse et l’allaitement, périodes pendant lesquelles il n’est pas rare qu’une femme souffre de troubles de l’humeur.

Enfin, les effets secondaires provoqués par les psychotropes sont très importants.
Le déclin de la libido, par exemple : dans un paysage où l’on essaie d’améliorer la qualité de vie, perdre le plaisir de vivre sa sexualité est difficile à accepter, compte tenu du fait que la thérapie doit durer au moins un ou deux ans.
Lors de l’administration d’antidépresseurs, il y a également une prise de poids ; l’effet est d’autant plus négatif dans le traitement des personnes souffrant de troubles de l’alimentation. Également contre-indiqué en cas de troubles métaboliques et diabétiques. Par conséquent, les psychotropes ne doivent être utilisés qu’en cas de besoin réel et sous surveillance médicale étroite. Malheureusement, ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît : l’urgence sanitaire actuelle limite en fait les possibilités de rencontre, même avec le thérapeute.
Les MTR, une aide précieuse dans le traitement des troubles
de l’humeur Ces dernières années, heureusement, des alternatives au traitement médicamenteux de la dépression ont été proposées. Les RTM (stimulation cérébrale magnétique répétitive) sont innovants et extrêmement efficaces, une thérapie non invasive avec un taux de réussite élevé.
Cette technique repose sur le principe de l’induction électromagnétique : une série de stimuli magnétiques, qui se convertissent en électricité uniquement en contact avec le cortex cérébral, induisent une modification de l’excitabilité cérébrale d’une zone spécifique, l’inhibant ou la stimulant, en fonction du besoin et de la promotion plasticité neuronale renouvelée.
Approuvée par la Food and Drug Administration, cette technique s’est révélée excellente dans le traitement de la dépression et du trouble obsessionnel compulsif (DOC) ainsi que de la toxicomanie, du trouble de stress post-traumatique (TSPT), des troubles comportementaux, de l’alimentation et des troubles cognitifs.
Non invasif, ni douloureux, le traitement ne nécessite pas d’hospitalisation, ni d’anesthésie : le patient reste vigilant pendant toute la durée de la séance.
Excellent taux de réussite, qui est d’environ 80 %. Les résultats obtenus sur des patients résistants aux médicaments qui répondent également encourageants les aspects les plus positifs de cette technique, en outre, est qu’elle comporte très peu de contre-indications, contrairement aux médicaments psychotropes : l’application, en fait, n’est pas recommandée uniquement pour les patients épileptiques et ceux qui ont des implants métalliques sur la tête (ils ne provoquent pas de problèmes, d’autre part, les implants dentaires).

En Italie, peu de centres réalisent ce traitement : l’un d’eux est Brain Stimulation Italia, qui opère à la polyclinique PTC.
Une équipe multispécialisée composée de neurologues, de psychiatres, de physiothérapeutes, de physiothérapeutes suit chaque patient tout au long du parcours thérapeutique, réalisé en fonction des besoins personnels réels.
Le traitement comprend, en clinique, 20 séances de 20 minutes chacune, effectuées sur un mois.
Brain Stimulation Italia s’engage constamment à offrir aux patients une solution efficace et définie, en leur proposant de les aider à améliorer leur qualité de vie, toujours dans le plus grand respect de la vie privée.